Une taxe aveugle sur les français de l’étranger ?

Une taxe aveugle sur les français de l’étranger ?

 

A la différence de la législation fiscale américaine, le Code Général des Impôts français (CGI) ne prend pas en compte la nationalité comme critère d’imposition.

 En effet, la taxation en France s’établit sur le fondement d’une présence géographique en France, que ce soit à titre personnel ou professionnel.

 

Les conventions fiscales ratifiées sur le modèle OCDE ne disent pas autre chose : le critère de nationalité n’est qu’un critère ultra-subsidiaire de référence dans le cas où il était impossible de fixer le lieu d’imposition d’une personne physique en fonction d’autres critères.

La situation économique de la France et la récente médiatisation de certains départs de célébrités françaises en Belgique, en Suisse ou en Russie a remis à l’ordre du jour l’idée d’une taxation en fonction de la nationalité.

En effet, dans le cadre de la négociation d’une convention fiscale avec Andorre, une clause surprenante prévoit que :

« la France peut imposer les personnes physiques de nationalité française résidents d’Andorre comme si la présente Convention n’existait pas. Lorsque la législation fiscale française permet l’application de la présente disposition, les autorités compétentes des États contractants règlent d’un commun accord la mise en œuvre de cette dernière ».

 

Autrement dit, les autorités fiscales française pourront décider d’imposer les personnes de nationalité française résidant en Principauté d’Andorre en faisant fi de la Convention fiscale à signer entre les deux pays et ayant pour but principal d’éviter la double imposition.

Ainsi, aujourd’hui il s’agit d’Andorre, demain ce modèle pourrait s’étendre à d’autres pays comme le confirme expressément le projet de loi présenté à l’Assemblée Nationale qui précise que l’article 25d « permettrait de mettre en œuvre une éventuelle évolution future du champ de la fiscalité française ».

 

Le Sénat vient de rejeter la Convention fiscale France Andorre
(voir lien suivant : http://www.senat.fr/cra/s20141218/s20141218_0.html#par_9). Cependant, le dernier mot revient à l’Assemblée Nationale.

Madame Claudine SCHMID, député des français de Suisse et du Liechtenstein, suit activement ce dossier et nous informe qu’à ce jour, aucun accord n’a été trouvé.

 

Une nouvelle lecture aura lieu mardi 20 janvier à l’Assemblée nationale et il sera statué sur l’avenant permettant de supprimer l’article 25d de la Convention fiscale.

A suivre,

Pour en savoir plus :

Site du député Claudine SCHMID

La procédure de sauvegarde : Avantages et Inconvénients

La procédure de sauvegarde : Avantages et Inconvénients   La procédure de sauvegarde est une procédure collective qui protège les…
Continuer la lecture

Augmentation des pénalités pour les contribuables détenant des avoirs et comptes à l’étrangers

Par une circulaire du 14 septembre 2016, le Gouvernement a revu à la hausse le taux des pénalités applicables dans…
Continuer la lecture

Successions internationales et fiscalité du non résident

En matière de successions internationales, l’aspect fiscal est déterminant. En effet, le traitement fiscal des transmissions par voie de succession…
Continuer la lecture

Compte à l’étranger: Abrogation immédiate et rétroactive de l’amende de 5% pour non déclaration

Par une décision en date du 22 juillet 2016, le Conseil Constitutionnel a jugé non constitutionnelle l'amende de 5% pour…
Continuer la lecture
brexit

BREXIT – Quelles conséquences pour les expatriés ?

Suite au BREXIT, sera t-il établi une distinction entre les expatriés anglais qui sont déjà sur le territoire européen et…
Continuer la lecture